Marilyne Théry Sophrologue Sophro-analyste Sophrothérapie Thérapie brève Avignon 06 24 48 62 14
Marilyne Théry Sophrologue Sophro-analyste Sophrothérapie Thérapie brève Avignon 06 24 48 62 14

" Que votre communication ne vous empêche en aucun de vos désirs." Bossuet

La communication non verbale

 

Lorsque nous communiquons avec d’autres personnes, nous faisons bien davantage qu’échanger des informations par le langage oral. Communiquer c’est aussi transmettre et recevoir des indications par le biais du ton, du volume, du débit de la voix ainsi que par les gestes, attitudes du corps, expressions du visage.

 

Il y a donc trois niveaux de communication :

  • la communication verbale : le sens des mots prononcés
  • la communication vocale : la manière dont nous les prononçons
  • la communication non verbale : ce que nous donnons à voir

 

Des études, dont la plus connue est celle menée par l’américain A. Mehrabian ont démontré l’interaction de ces trois niveaux de communication. Contrairement à ce que vous pourriez imaginer, le langage verbal, c’est-à-dire ce que vous dites, n’impacte vos interlocuteurs que de 7% tandis que le non verbal, autrement dit le langage corporel, atteint 55%

 

Le contenu de votre discours serait donc moins important que la manière dont vous le dites. Et cette interprétation du langage non verbal se réalise à un niveau inconscient.

Combien de fois avez-vous douté de la sincérité des propos de votre interlocuteur sans vraiment savoir ce qui motivait ce doute ?

 

Notons que les études citées ne concernent pas les échanges d’informations techniques ou économiques. Elles valent surtout lorsque la communication se situe sur le plan émotionnel, c’est-à-dire la majeure partie du temps pour un être humain !

 

Ainsi, si vous désirez améliorer votre communication relationnelle, il est essentiel que les trois niveaux de votre discours soient en cohérence les uns avec les autres, autrement dit : congruent. Cela va vous amener à prendre conscience de vos états émotionnels et à estimer leur degré de cohérence avec ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites. Cette modeste exploration est un premier pas dans l’amélioration de votre niveau de congruence et en premier lieu avec vous-même.

 

Voici quelques exemples d’incongruence :

« Waouh ! Quelle jolie robe ! Merci Tatie, ça me fait tellement plaisir ! » dit Justine en tapant dans ses mains tout en affichant son plus grand sourire. En réalité, Justine amplifie les signes de sa surprise et de sa joie car elle sait que cela fera plaisir à sa tante. Elle intensifie ses expressions émotionnelles.Tandis que face à sa sœur Laura qui est attristée par une récente rupture, Justine atténue l’expression de sa joie car elle pense (à tort ou à raison) que cela serait quelque peu déplacé. Elle minimise l’extériorisation de son émotion.

 

Franck lui, préfère masquer ses émotions dans les contextes professionnels. Son visage semble imperméable à tout. Ce comportement est tellement ancien qu’il ne s’en rend pas compte. Il pratique le blocage.

 

Pour Damien, les choses sont plus complexes. Il se dit en insécurité relationnelle. Comme il perçoit ses environnements comme étant hostiles, il fait du troc avec ses ressentis et substitue une émotion à une autre. Il paraît sûr de lui en réunion de travail alors qu’en réalité il craint d’être remis en cause par sa hiérarchie.

 

Quelques pistes maintenant pour sortir des faux-semblants et développer plus de congruence et d’authenticité entre votre vie émotionnelle et vos pensées et votre vie extérieure (vos comportements, vos paroles et vos actions) :

 

Respirer. C’est sérieux !!! Une respiration ample, profonde et rythmée apporte l’oxygène indispensable à notre fabrique à idées.

 

Relativiser, prendre ses distances avec  les divers éléments qui constituent notre quotidien. Cela permettra de poser un regard plus réaliste car assaini des polluants engendrés par la technique du «nez dans le guidon ».

 

Sortir de son cocon et élargir sa perception de tout ce qui constitue nos environnements (soi, autrui, les organisations, les lieux, le temps, etc. …)

 

Accueillir les choses et les êtres au mieux avec bienveillance, à minima avec neutralité.

 

Réduire notre rythme, faire des pauses en journée dans le silence intérieur et si possible extérieur.

 

Suggestions d'articles :

Nos émotions nous appartiennent

La respiration consciente

Méditer … s’accueillir dans sa propre maison

 

Paru le 18/09/2014 MAJ : 05/08/2016

Méditation du moment

"Rentre en toi-même, frappe à ton coeur et demandes-lui ce qu'il sait."

W. Shakespeare

Agenda

Groupes de Sophrologie

Programmes et Tarifs

Apprivoiser le stress

Spécial Acouphènes

 

Livrets à consulter

Le Stress et Vous

Dis, c'est quoi la Sophrologie 

Journée Nationale Audition

Le bilan 2017 c'est par ici !

Sophrologie et Santé

Agréée Mutuelle Cap Vert

Citations, vidéos, billets sur

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Marilyne Théry - Harmonie Relationnelle 2011-2016